Turrón de Jijona « maison »

Turron Jijona maison ©cocineraloca.fr

Si vous ne connaissez pas, le turrón Jijona est un genre de nougat mou, spécialité de la ville de Jijona en Espagne. En ce qui concerne l’appellation d’origine protégée, il est réalisé à base d’amandes Marcona, de miel de fleur d’oranger produit dans la région de Valence, de sucre et de blanc d’œuf et c’est de tradition d’en offrir à Noël. (suite…)

Chocolats de Noël : tous les ans c’est la même chose (ganache cassis ou intérieur praliné)

chocolat à la ganache cassis ©cocineraloca.fr

Chocolat fourré à la ganache cassis

 

Tous les ans, je fais des chocolats de Noël. Tous les ans, je peste parce que j’en mets partout dans la cuisine et que je n’ai pas d’esclave pour nettoyer derrière moi, tous les ans, je me promets que c’est la dernière fois que j’en fais. Et tous les ans, je recommence.
Et comme d’habitude, cette année n’a pas dérogé à la règle. J’ai commencé à travailler en cuisine à 18h, et quand j’ai fini de tout nettoyer, il était 22h47…

Si vous lisez régulièrement les blogs culinaires, à chaque période de Noël ou à Pâques, vous devez lire des trucs du style « c’est facile de tempérer le chocolat » ou « faites comme moi, offrez des chocolats meilleurs que chez le chocolatier ».
Personnellement, et j’ai beau avoir un CAP Pâtisserie, je pense exactement le contraire. (suite…)

Hokey Pokey aux cacahuètes et chocolat : Nigella, sors de ce corps !

hockey pockey

Vous ne connaissez pas le Hokey Pokey ? C’est une sucrerie originaire de Nouvelle-Zélande  qui a la consistance d’un caramel à la fois mousseux et solide, grâce à l’adjonction de bicarbonate de soude.
Les dentistes adorent, mais si vous portez un dentier, vous risquez de moins aimer… ça colle vraiment aux dents ! (suite…)

Calissons maison pour offrir ou pour s’offrir

J’avais fait ces calissons l’année dernière pour offrir des cadeaux gourmands. Ils ont exactement le goût et l’aspect des calissons du commerce, mais attention, contrairement aux versions (très) simplifiées qui circulent sur le net, ils ne sont pas vraiment à la portée des débutants. Mais comme ils sont à base de sucre cuit, ils se conservent au moins 1 mois dans une boite et peuvent donc être préparés très à l’avance. (suite…)

Fromage et dessert : Banon et pâte de coings

Cela fait un petit moment que je n’ai pas publié de recettes salées, plus par l’effet du hasard qu’autre chose. Aujourd’hui j’ai choisi sucré-salé, avec la recette de la pâte de coing pour manger avec du fromage. En vérité, ce n’est qu’un prétexte pour publier cette  photo de Banon dont je suis assez contente. C’est aussi l’occasion d’inclure un copyright moche sur mes photos : j’en ai marre de voir mes photos copiées/collées sans mon autorisation à droite et à gauche.
Pour ceusses qui l’ignorent, le Banon est un fromage de chèvre vendu enveloppé dans une feuille de chataigner. Ma seconde photo n’est pas terrible, et je ne l’ai pas faite avec mon reflex. Mais je vous l’ai collée quand même sinon, il n’y avait pas de visuel de la pâte de coing pour vous montrer ce que ça donne !

J’ai vu passer pas mal de recettes de pâte de coing sur les blogs, chacune avec sa spécificité.
La mienne est très classique, et vaut plus pour les conseils pour la réussir que pour son absence d’originalité. Je n’en fais que pour accompagner le fromage, donc je ne la poudre jamais de sucre une fois finie.

Si le coing est un parfait inconnu pour vous, ainsi que la pâte de fruits, autant savoir 2 choses. La première c’est que les coings sont très, très difficiles  à éplucher et à couper crus et la seconde, c’est que la cuisson des pâtes de fruits est assez dangereuse en raison des projections. Suivez les conseils donnés en fin de recette pour éviter ces deux écueils.

À préparer sur plusieurs jours
Pour environ  900g de pâte de coings
Matériel spécifique : un moule rectangulaire chemisé de papier cuisson. À défaut, une boîte à biscuits en métal. Un mixer plongeant ou un moulin à légumes. (suite…)

¡ Que viva España ! Les pralines de ma grand-mère

En ce jour de finale de la coupe du Monde de football, voici une recette très particulière, que je dédie à mon frère et ma sœur, en mémoire de notre grand-mère, qui nous a quittés voici deux mois.
Elle était pied-noire espagnole, et j’espère que là où elle est, elle aura le plaisir de voir ce soir la victoire de l’Espagne contre les Pays-Bas, si Paul le poulpe ne s’est pas trompé.
Chantez donc avec nous et Manuel Escobar (nan nan c’est pas kitch, juste daté!) Que viva Españaaaaaa !

23h03 SPECIAL EDIT ! Trop contente ! promis pas de recette de poulpe pendant au moins 1 an sur mon blog !

Toute ma famille vous le dirait, elle n’était pas vraiment une cuisinière formidable, mais il y a un truc qu’elle réussissait merveilleusement bien, les pralines. On avait droit chacun à notre petit pot personnel, à Noël, mais aussi à nos anniversaires.
Je ne les fait pas aussi bien qu’elle, et celles que vous voyez sur la photo sont juste honorables. Cela faisait 3 ans que je n’en avais pas fait et j’ai perdu un peu la main, elles ne sont pas parfaitement enrobées. Celle que vous voyez à droite sur la photo tout en haut, recouverte d’un caramel plus brillant correspond à mon goût personnel. : nettement plus casse-gueule que les pralines ordinaires, ma grand-mère les faisait ainsi, rien que pour moi ¡Muchas gracias abuelita ! (suite…)

Plus loin que le paradis : bouchées coco au chocolat et noix de macadamia

Si vous avez suivi mes péripéties culinaires aux îles Samoa la semaine dernière, vous savez qu’il me restait de la noix de coco confite.
Je l’ai transformée en ces petites bouchées que les vahinés qui avaient tellement envoûté les révoltés de la Bounty n’auraient pas renié 😉
Si certains ingrédients vous semblent difficiles à trouver, je vous propose des produits de substitution en fin de recette.

Ingrédients pour 16 bouchées
16 noix de macadamia non salées
200 g de chocolat de couverture au lait
Pour la noix de coco confite :
1 c. à soupe d’huile
150g de sucre brun ou de sucre en poudre
10cl d’eau de coco (voir note)
2 c. à soupe de farine
4 c. à soupe d’eau
300g de noix de coco râpée

Réalisation
Noix de coco confite : Disposer dans une poêle l’huile et le sucre et mouiller avec l’eau de coco. Quand le sucre est fondu, ajouter la noix de coco. Veiller à bien enrober la noix de coco râpée avec le sucre fondu. Remuer régulièrement pour empêcher le mélange de brûler.
A part, mélanger l’eau avec la farine puis ajoutez au mélange de noix de coco. Bien remuer pour incorporer le mélange à la noix de coco. Continuer à cuire en remuant continuellement jusqu’à ce que le mélange soit sec et commence légèrement à caraméliser. Débarrasser le mélange dans un saladier et laisser refroidir. Conserver au frigo jusqu’à utilisation.
Faire griller les noix de macadamia quelques minutes dans un four préchauffé à 180°C, jusqu’à ce qu’elles prennent une jolie couleur dorée. Laisser refroidir.
Préparation des bouchées : séparer la noix de coco confite en 16 portions. Rouler chacune d’entre elle en boule et insérer une noix de macadamia à l’intérieur. Normalement, la noix de coco est très peu collante et se façonne facilement, si elle sort à peine du frigo. Remettre les bouchées au frigo le temps de préparer le chocolat fondu.
Faire fondre la moitié du chocolat coupé en morceaux au bain-marie, dans un récipient étroit et profond (pour faciliter l’enrobage). Attention, le fond du récipient ne doit pas toucher l’eau. Une fois fondu, sortir le récipient du bain-marie, et ajouté l’autre moitié du chocolat coupé en morceaux. Bien mélanger pour faire fondre tout le chocolat. Laisser refroidir quelques minutes en remuant de temps en temps : le chocolat  prend la consistance de la pâte dentifrice. Le remettre alors sur le bain-marie et remuer pour fluidifier le chocolat. Celui-ci est alors tempéré et gardera sa couleur brillante. Éteindre sous le bain-marie et tremper chaque bouchée une à une dans le chocolat, à l’aide d’une fourchette. Égoutter la fourchette sur le bord du récipient avant de déposer chaque bouchée sur une plaque garnie de papier cuisson.
Ces bouchées peuvent se conserver à température ambiante, mais prennent un petit côté croquant et frais bien sympathique si on les garde au frigo.

Si vous avez des difficultés à trouver les ingrédients :
Si vous n’avez pas la chance d’avoir un cocotier à portée de main, l’eau de coco se trouve au rayon surgelé des supermarchés asiatiques, et en cannettes au rayon boissons. A défaut, utiliser de l’eau additionnée d’une cuillerée à soupe rase de sucre mais surtout pas de lait de coco, qui n’a rien à faire dans cette recette.

J’ai utilisé de la noix de coco râpée surgelée, bien meilleure que la noix de coco sèche. Et ça se trouve également au rayon surgelé des supermarchés asiatiques. A défaut, humecter la noix de coco sèche d’une cuillerée à soupe d’eau chaude, mélanger et laisser reposer 10 min avant de faire la recette

Je trouve les noix de macadamia non salées dans une épicerie orientale, Sabah, au marché d’Aligre à Paris. On en trouve également mais salées au rayon biscuits apéritifs de certains supermarchés : dans ce cas, les dessaler sous l’eau froide et les sécher avant de faire la recette.
En désespoir de cause, utiliser des noisettes grillées.

Abstraction lyrique sur chocolats pralinés feuilletés

 pralinés lyriques © cocineraloca.fr

J’avais déjà publié cette recette en janvier 2004 sur le forum cuisine du site aufeminin.com. A l’époque ces petits chocolats avaient pas mal plu et depuis j’ai vu quantité de recettes similaires circuler sur la blogosphère.
Je vous redonne ma version en prévision des fêtes de Noël. C’est vraiment facile à faire, ça ne nécessite que peu d’ingrédients et avec un peu de soin, on peut faire une jolie présentation à offrir à ses proches.
Sur la photo, j’ai fait un glaçage à base de chocolat blanc tacheté de noir, mais on peut tout aussi bien inverser et faire des taches blanches sur du noir. Je vous propose aussi dans le corps de la recette une déco faite à la fourchette sur du chocolat noir, archi simple à faire. Vous trouvez plus bas une autre photo, avec un autre décor, histoire de vous proposer d’autres idées. (suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer