Oeufs à la soubressade ©cocineraloca.fr

Il y a quelques mois, je suis allée à Palma de Majorque pour des vacances, et j’en suis revenue avec un livre de cuisine et de la soubressade.
Si vous ne connaissez pas la soubressade, c’est une charcuterie en forme de saucisse, qu’on trouve sous forme piquante ou douce, et qui se cuisine de mille et une manières. Une des plus simples, c’est celle-là, les œufs à la soubressade. Ça se fait en deux temps trois mouvements, et je trouve que ça fait un repas idéal, avec une salade de tomates, quand on n’a n’y l’envie ni le temps de cuisiner.

En France, vous trouverez de la soubressade dans les épiceries espagnoles, les charcuteries pieds-noires (notamment dans le sud de la France), sur internet mais aussi dans des endroits improbables : mon fromager en vend… ainsi qu’une épicerie italienne de mon quartier ! Levez l’œil, pour mettre la main dessus, finalement ce n’est pas si difficile que ça.

Les pieds-noirs cuisinent souvent les œufs à la soubressade à la poêle, mais après avoir testé les deux versions, je préfère nettement au four, la texture de la soubressade ressort mieux, sans cuire de trop.

Pour la recette, j’ai indiqué les proportions pour 1 personne, à multiplier par le nombre de convives.

Oeufs à la soubressade ©cocineraloca.fr

Ingrédients pour 1 personne
2 œufs
1 tranche de soubressade d’environ 1 cm d’épaisseur
Huile d’olive

Réalisation
Préchauffer le four à 180°C.
Huiler un plat à œufs ou une cassolette avec l’huile d’olive pour éviter que les œufs collent.
Émietter la soubressade. Disposer un peu de soubressade dans le plat, casser les œufs par-dessus et ajouter le reste de la soubressade sur le blanc des œufs.
Enfourner entre 8 et 12 min (ça dépend des fours) jusqu’à ce que le blanc des œufs soit pris et le jaune encore coulant.
Servir immédiatement avec du pain.

Choix de la soubressade : elle existe en version douce et en version piquante. Mais comme la version piquante… ne pique pas, je prends indifféremment l’une ou l’autre.
Il y a deux IGP : la soubressade majorquine et la soubressade de porc noir. Quand j’en ai acheté au marché de Palma, j’ai demandé la différence à la vendeuse de la charcuterie. Elle m’a répondu « aucune, sauf que celle de porc noir est plus chère ». Elle a ajouté « elles ont exactement le même goût, il n’y a que pour le jambon qu’on sent la différence pour le porc noir ». Pour en avoir le cœur net, j’ai acheté les deux versions, et je confirme, il n’y a aucune différence, donc pas la peine de dépenser plus d’argent pour du porc noir. Mais en revanche, si jamais vous trouvez de la soubressade « bio », achetez-en. Les versions non bio sont bourrées d’additifs (dextrose, conservateurs, etc.) dont on peut parfaitement se passer.

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer