Pua’a choux, la potée polynésienne

Tout est parti d’une conversation avec mon kiné, à propos des plats mijotés de l’hiver : je séchais sur celui de la semaine à venir. Après avoir passé en revue les pot-au-feu, blanquette, osso bucco, bœuf bourguignon  etc… il m’a dit « chou farci ». Ça a fait « tilt » dans ma tête et j’ai pensé « Pua’a chou« .Késako ?  Pua’a = cochon en tahitien chou : heu..pas besoin de vous faire un dessin non?

Il s’agit donc d’un plat mijoté à base d’échine de porc, de chou blanc et de divers légumes, facile à faire en métropole sans faire appel à des produits difficiles à trouver.
En fin de recette, quelques trucs de substitution si vous êtes à la recherche de certains ingrédients

Je pense qu’il y a autant de recettes que de cuisiniers. La recette que j’ai choisie est tirée du livre « Cuisine de Tahiti d’hiver et d’aujourd’hui » de Lisa Marai Bellais, Éditions Au vent des îles. Je l’ai légèrement adaptée en ce qui concerne les quantités

Ingrédients pour  4 à 6 personnes
800g d’échine de porc
200g de poitrine de porc fraîche
2 ou trois carottes
2 ou trois navets
1 paquet de haricots longs
1 oignon
1 tomate
1 gousse d’ail
½ chou blanc
2 cuillers à soupe de sauce soja
2 cuillers à soupe de sauce huître
Sel, poivre
2 cuillers à soupe d’huile de tournesol

Réalisation
Couper le porc en morceaux, éplucher les légumes : carottes, navets, ail et oignon. Laver tous les légumes y compris la tomate et les haricots. Effiler les haricots et les couper en morceaux. Couper tous les autres légumes en rondelles ou en morceaux. Couper le chou en tranches d’environ 1cm d’épaisseur. Faire chauffer environ 1l d’eau. Faire revenir le porc dans l’huile chaude dans une grande marmite ou un faitout. Ajouter la tomate, l’ail et l’oignon et faire revenir encore 1 ou 2 minutes. Ajouter ensuite tous les légumes en posant les lanières de chou par-dessus les autres légumes. Ajouter la sauce soja et la sauce huître, couvrir avec l’eau chaude, poivrer, couvrir à demi avec un couvercle et laisser mijoter environ 1h30 à feu doux.
Avant de servir, goûter et ajouter du sel si nécessaire : la sauce soja et la sauce huître sont déjà salées.
Servir avec du taro, comme sur la photo, ou alors avec du riz, ça va très bien aussi.

Les haricots longs se trouvent dans les épiceries asiatiques. Ils ont exactement le même goût que les haricots verts, et il faut les couper en morceaux. Je me contente d’une poignée de haricots verts surgelés.

La sauce soja et la sauce huître se trouvent également en épicerie asiatique, mais aussi au rayon « Asie » des supermarchés. Si vous fréquentez une épicerie asiatique où il y a beaucoup plus de variété en ce qui concerne les marques, regardez bien les étiquettes : la quantité d’huîtres dans la sauce huître peut énormément varier, sachant qu’en général les marques les plus chères sont les meilleures.

On ne trouve pas toujours de poitrine de porc fraîche. La dernière fois, je n’en avais pas, j’ai mis seulement de l’échine, et ça n’a rien changé au plat.

En Polynésie, les tomates ne sont pas fantastiques, elles ne se sont pas vraiment adaptées au climat et ont du mal à mûrir. Donc, ne pas hésiter à utiliser des tomates de serre en hiver, ou alors en conserve, ce n’est pas la base du plat, ça ne changera pas grand-chose au goût, la tomate vient plutôt donner de la consistance à la sauce.

Comme tous les plats mijotés, ça se réchauffe très bien. Éventuellement, ajouter un peu d’eau si la sauce a trop réduit.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Une réponse to “Pua’a choux, la potée polynésienne”

  1. Miam, ce plat mijoté avec un petit goût d’ailleurs, je le garde! Il suffit de pas grand chose finalement: sauce d’huître, sauce soja, et tu voyages… j’aime beaucoup ce genre de recettes!