Voici la première recette de mon plateau de pâtisserie algérienne, les autres suivront bientôt

Les montecaos, ces petits monticules poudrés de cannelle qui s’émiettent dans la bouche ont une histoire qui remonte au moins aux royaumes arabo-andalous. Réalisés initialement à base de saindoux en Espagne, ils comportent de l’huile une fois la Méditerranée traversée, et même, dans les versions modernes, du beurre.
Je vous donne la recette traditionnelle, avec un ajout personnel, le zeste de citron. Comme ces biscuits ne comportent pas une goutte d’humidité, le sucre ne se fondra pas dans la masse à la cuisson et on en sentira les cristaux sous la dent. Si vous n’aimez pas, utilisez du sucre glace à la place.

Pour 30 montecaos taille « petit four »

Ingrédients :
200g de farine
120 g de sucre en poudre ou sucre glace
10 cl d’huile de tournesol
Zeste râpé d’un citron
Cannelle en poudre

Réalisation :
Préchauffer le four à 180°C. Mélanger la farine, le sucre et le zeste de citron dans un saladier. Ajouter petit à petit l’huile pour obtenir une pâte suffisamment malléable pour façonner des boulettes. Il n’y aura peut-être pas besoin de toute la quantité d’huile. Façonner des boulettes de la taille d’une noix, et étirer la pointe en cône. Déposer les cônes sur une plaque à pâtisserie garnie de papier cuisson. Baisser la température du four à 120°C et cuire environ 12 min. Les montecaos ne doivent surtout pas dorer, sinon ils deviennent durs comme du caillou.
Les saupoudrer de cannelle à la sortie du four et laisser refroidir avant de mettre en caissettes.

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer